18 mars 2006

Une journée et une nuit à la Sorbonne

Un reportage photos effectué à l’intérieur de la Sorbonne

J’étais dans la Sorbonne, vendredi soir, entre 22h30 et 3h30. Voilà un modeste récit de ce qui s’y est passé. J’espère surtout qu’il sera impartial.


13h: les CRS occupent les voies d’accès à la Sorbonne, la veille au soir plusieurs centaines d’étudiants avaient occupé cette rue pour soutenir les occupants...


18h20: Des étudiants bloquent le boulevard Saint-Michel, les journalistes sont déjà là.




18h40: Attiré par les journalistes (heu, non, par les étudiants, pardon:-) ) Jean-Luc Mélenchon arrive sur les lieux. J’ai appris plus tard qu’il était entré dans la fac, mais qu’il s’en était fait éjecter par les occupants, qui ont ensuite décidé de ne plus accepter aucun homme politique...


19h50: Sous la pluie, des jeunes démontent les grilles des arbres pour monter des barricades sur le boulevard Saint Germain, ils y rajouteront un conteneur à bouteilles, sous les applaudissements des gens présents.


21h10: La palissade protégeant les échaffaudages est arrachée en deux points, c’est par là que nous sommes plus tard entrés dans la Sorbonne...


21h40: Un feu est allumé sur le boulevard Saint Michel, alimenté par des journaux (gratuits:-)


Vers 22h, nous nous sommes décidés à entrer dans les locaux de l’université. Mais apparemment la police et les responsables de l’occupation semblaient avoir trouvé un accord: personne ne rentre dans la fac, sauf pour faire des allers-retours et ravitailler les occupants...


Dehors, la situation s’échauffe un peu, j’ai vu des chaises être lancées sur les gendarmes depuis les fenêtres du bâtiment. Les gendarmes ne réagissent pas à cette agression.

Profitant d’un moment de flottement devant les échafaudages, nous nous y introduisons, et entrons enfin dans la Sorbonne...


A l’intérieur, peut-être 200 ou 300 personnes... Je reconnais pas mal de personnes de ma fac (Tolbiac). Rapidement je me renseigne sur de possibles dégradations : le local de l’UNEF a été saccagé (information vérifiée) et un peu plus de 100 euros volés dans la caisse (à vérifier). Des câbles électriques auraient été rompus, ce qui pourrait expliquer l’obscurité qui règne dans la plupart des couloirs...

Les AG de l’après-midi ont décidé de créer un service d’ordre, sans apparemment décider quelles seraient ses fonctions... Les journalistes sont plus ou moins tolérés... (Il y a plusieurs équipes: TF1, France 2, l’AFP, AP, SIPA et Le monde.fr)

De manière générale, les gens font un peu ce qu’ils veulent, il y a beaucoup de monde dans l’amphi Descartes, là où se tiennent les AG, et dans la grande cour... Apparemment, il n’y a pas de problème de nourriture ou de boisson.


23h40: cela fait 45mn que se tient une sorte d’AG dans l’amphi Descartes, lorsque quelqu’un entre pour réclamer de l’aide, car il y aurait des gens qui lanceraient des chaises sur les gendarmes depuis la bibliothèque...

Effectivement, là-haut, la tension est très forte, une minorité d’excités lancent par la fenêtre tout ce qui leur passe par la main: livres, chaises, extincteurs, échelles...

En bas, les gendarmes chargent les manifestants, difficile de savoir qui a commencé, il semblerait que comme en haut, ce soit une toute petite minorité qui aurait provoqué les forces de l’ordre...

Dans la bibliothèque, deux camps s’opposent, les partisans de la non violence, plus nombreux mais moins déterminés, essaient de calmer la minorité violente mais très déterminée, certains en viennent même à agresser ceux qui cherchent à les calmer.


Minuit: après la charge des CRS, qui contrôlent maintenant tous les abords de la Sorbonne, c’est la panique à l’intérieur. Toutes les issues sont bloquées, et une grande barricade est installée dans la cour.

Après ce moment d’excitation générale, le calme semble revenir, et un peu avant 1h du matin, une AG commence à prendre forme dans l’amphi Descartes: aucune tribune ni ordre du jour, il semblerait que personne ne veuille d’organisation, par peur de se faire récupérer...

L’AG semblant tourner en rond, nous montons dans une salle appartenant à l’Ecole des chartes. De là, nous avons vue sur la rue de la Sorbonne, là où ont eu lieu les affrontements.

Vers 3h, ça commence à bouger du côté des gendarmes, ils dégagent la rue et plusieurs camions passent, 20 minutes plus tard, l’assaut est donné...

D’autres photos: http://www.flickr.com/photos/perspikace/

Débattre sur le cpe et l’occupation de la fac de Tolbiac: http://anticpe.blogspot.com/

Cette article sur agoravox : http://www.agoravox.fr/tb-receive.php3?id_article=7850